Rhinocéros en danger – Et s’ils disparaissaient en 2021 ?

Rhinocéros en voie d'extinction.

Lors de notre écovolontariat en Afrique du Sud, pour tester la réserve avec qui nous travaillons aujourd’hui, nous avons été sensibilisés au gros problème actuel du braconnage. Pour les rhinocéros blancs et noirs principalement. Avec les volontaires présents ce mois de juillet, nous avons été parmi les premiers à apprendre la mort de deux des rhinocéros blancs de la réserve. Une mère et son petit. Apprendre cela, deux jours après avoir fait de la surveillance pour identifier quelques rhinos et s’assurer que tout le monde était là, ça remue.

C’est à la suite de cette expérience et de la sensibilisation à cette espèce, que nous avons souhaité informer à ce sujet les gens.

Sommaire

Petit récapitulatif

Le Braconnage de nos jours en Afrique du Sud

Que pouvons-nous faire ?

Petit récapitulatif

Les rhinocéros

Vous pouvez trouver en Afrique des rhinocéros noirs et blancs. Les rhinocéros blancs sont des animaux sociaux et placides, faciles à approcher sans être chargé (ce qui leur coûte plus facilement la vie). Ils se nourrissent d’herbe et leur bouche est large et rectangulaire.

Le rhinocéros noir quant à lui est territoriale et donc plus aggressif. Il se nourrit des feuilles de différents arbres. Sa bouche forme un crochet.

A quoi sert la corne pour le rhinocéros ?

Elle lui est utile pour pouvoir se protéger des prédateurs, faire la cour et se battre. C’est aussi pour les femelles la possibilité de se défendre d’un mâle insistant ou encore pour relever leurs petits.

Pourquoi la population des rhinocéros se renouvelle très lentement ?

La gestation dure 16 mois, puis les petits sont élevés par leur mère pendant 2 à 3 ans. Leur durée de vie est de 30 à 40 ans.

Déjà proches de l’extinction auparavant

La sous-espèce nord du rhino blanc est d’ailleurs quasi éteinte avec la mort du dernier mâle en mars 2018. Une des sous-espèces du rhinocéros noir a été déclarée éteinte en 2011 (Afrique de l’Ouest).

En 1895, le rhinocéros blanc du Sud été déclaré éteint avec 60 individus encore vivants. Tout ceci dû à la chasse qui était considérée comme un sport à la mode (d’ailleurs de nombreuses espèces animales africaines ont été éteintes à cette période). Une action a été mise en place pour les sauver, et la population a pû remonter à 400 individus en 1960 et sortir du statut d’espèce en danger autour des années 2000.

Aujourd’hui, on dénombre 30.000 rhinocéros à travers le monde : environ 5.000 rhinocéros noirs, 20.000 rhinocéros blancs, 3500 rhinocéros indiens, moins de 100 rhinocéros de sumatra et 35 à 45 individus pour l’espèce de Java.

Le Braconnage de nos jours en Afrique du Sud

Le braconnage n’a pas toujours été ce qu’il est aujourd’hui. On peut voir avec le graphique du site Save the Rhino, que l’année où les choses ont commencé à être critiques pour l’Afrique du Sud est l’année 2013. 1004 animaux tués tout en sachant que ces statistiques ne prennent malheureusement pas en compte les petits morts aux côtés de leur mère …

Il est évident que les problèmes de braconnage se rencontrent dans d’autres pays d’Afrique et touchent même les zoos.

Il faut aujourd’hui environ 72 h pour acheminer une corne fraichement coupée à son destinataire. En Afrique du Sud, aucune loi n’est faite pour sanctionner lourdement les braconniers.

Les chiffres actuels montrent qu’en Afrique du Sud, 2.9 rhinocéros sont tués tous les jours. A cette vitesse, l’espèce pourrait disparaître en 2021 (2025 pour les chiffres optimistes). Soit dans 3-7 ans.

Pourquoi les rhinocéros ne survivent pas à la coupe de leur cornes ?

Tout simplement car pour récupérer le plus de corne, les braconniers n’hésitent pas à couper la partie de l’os constituant la cavité nasale.

Les raisons du regain du braconnage

En 2005, une rumeur a circulé au Vietnam disant qu’un politicien avait été guérit du cancer avec une corne de rhinocéros. Plus tard, c’est un octogénaire vietnamien qui déclarera être en condition stable après avoir régulièrement consommé une concoction à base de poudre de corne. C’est suite à ses déclarations que l’on peut voir le bon d’animaux tués alors que ce monsieur mourra quelques mois après ses déclarations.

La corne, remède miracle ?

Elle est à bien des titres, similaire à d’autres croyances comme celle liée aux os de tigre par exemple.

Vertues médicinales pour combattre les maladies, aphrodisiaque … mais les cornes n’ont en réalité aucun effet, étant tout simplement faites de kératine – même matériaux que les ongles ou cheveux – d’ailleurs, une corne coupée repousse. Par exemple, une des techniques pour les aphrodisiaques est de mixer la poudre avec du viagra.

Elles peuvent être également un symbole de statut social (dague pour la majorité civile au Vietnam, bijoux etc.). La dernière utilisation à la mode est une concoction pour combattre la gueule de bois ou pour en faire une drogue dédiée à la fête.

A l’heure actuelle, les cornes de rhinocéros sont évaluées à environ 80.000$/kg.

Le marché noir – braconnage

En plus des cornes de rhinocéros, les produits du braconnage sont l’ivoire (défense d’éléphants et de phacochères, dents d’hippopotames), les peaux, la viande d’animaux sauvages (moins cher que la viande d’élevage) ou encore la vente d’animaux sauvages.

Qui sont les principaux clients pour les cornes ?

Il s’agit des pays des asiatiques, tout particulièrement et principalement le Vietnam. Plus d’info ici (en anglais).

Que pouvons-nous faire ?

 

 

 

Plusieurs actions sont possibles. La première, informer ses proches et les gens en général sur la réalité à propos des cornes de rhinocéros.

Ensuite à plus grande échelle, nous pouvons stopper l’industrie du braconnage en arrêtant d’acheter des objets à base d’ivoire ou autre matière animale (porte stylo en ivoire, dent en pendentif, peaux etc.). Il est aussi possible d’arrêter l’achat d’espèces animales exotiques telles que des perroquets, serpents ou encore félins sauvages. Ne pas acheter des animaux au bord des routes croyant les sauver (exemple de tortues vendues dans des sacs plastiques) pour ne pas pousser le vendeur à prélever d’autres animaux dans la nature par appât du gain.

C’est également le fait de choisir un séjour ou safari dans une réserve éthique qui ne participera en aucun cas aux chasses aux trophées et à la revente d’animaux. C’est pour cela que nous avons été précautionneux dans notre sélection de séjours écovolontaires.

La photo de couverture est tirée de la dernière campagne de Wild Aid pour faire prendre conscience de la situation et changer cela.